1 juin 2019

Les lieux insolites où voyager de façon responsable

C’est la semaine du développement durable en Europe. A cette occasion nous vous proposons une sélection de destinations, d’astuces, et d’activités à faire pour un tourisme plus responsable.


PAYS ECO-TOURISTIQUES

Beaucoup de pays ont des lois et des réglementations liées au tourisme responsable et durable. Nous vous conseillons donc de partir dans ces régions respectueuses de leur environnement.

Le Costa Rica produit 98% de son électricité de façon renouvelable. Le pays compte 32 zones protégées, 19 réserves et 27 parcs nationaux. Le gouvernement a également mis en place le “Certificat de soutenabilité touristique”, un label qui permet de distinguer les professionnels du tourisme responsable.

La région de Bonito au Sud-Ouest du Brésil, encore peu connue, est considérée comme la capitale brésilienne de l’écotourisme. En effet, on y recense 6 000 variétés de plantes. De plus, la ville de Bonito est située à lisière du Pantanal (réserve classée au patrimoine mondial de l’Unesco).

Madagascar se lance dans la promotion de l’éco-tourisme pour protéger les espèces endémiques. C’est l’Association Nationale pour la Gestion des Aires Protégées qui s’en charge. Cette ONG gère les parcs et réserves de Madagascar et se sert du tourisme pour atteindre son objectif : conserver et valoriser la nature. Ils préservent également les valeurs sociales et culturelles locales, en employant exclusivement des habitants de la région.

 

 

 


L’ÉCO-GLAMPING

Qu’est ce que l’Éco-Glamping ?

Le Glamping est une contraction de “glamour” et “camping”. C’est donc un hébergement se rapprochant du camping tout en ayant une certaine qualité de confort.

Le Glamping est une pratique éco-friendly venue de l’Europe du Nord qui permet d’être au plus proche de la nature. Ces hébergements permettent ainsi un mode de vie plus responsable. Il se pratique principalement dans des tentes, des yourtes, des roulottes ou des maisons arboricoles.

Au Canada, sur l’île Cape Breton en Nouvelle-Écosse il est possible de séjourner dans les yourtes du complexe Cabot Shores. Ces habitations sont traditionnellement construites et peintes à la main par des familles mongoles. Le site possède également un jardin biologique dont les fruits et légumes sont utilisés pour les repas du camping.

Enfin, en Hongrie, partez découvrir la région de Baranya, grâce à Hunza Ecolodge, en logeant dans une tente ou dans une maison dans les arbres. Le site utilise uniquement des matériaux naturels pour la construction des logements. Vous pouvez aussi vous balader grâce aux vélos mis en libre service.


 


 

PROTÉGER LA VIE SAUVAGE

De plus en plus d’organisations proposent de se joindre à elles pour aider à la protection de la faune et la flore. Ces expériences ont pour but de protéger les espèces locales et de mieux les comprendre.

Le Costa Rica permet de s’occuper de tortues luth. Cette expérience consiste à surveiller les plages de nidification pour protéger l’éclosion des œufs.

En Indonésie, il est possible d’aider des centres à recueillir les animaux confisqués d’une possession illégale. Ces derniers sont soignés avant d’être réhabilités et d’être relâchés.


 



PROCHE DE LA POPULATION LOCALE

Le voyage solidaire est de plus en plus populaire auprès des voyageurs responsables. Il consiste à privilégier des échanges éthiques avec les habitants locaux, afin que les revenus du tourisme profitent directement à l’économie et à la population locale.

Le plus courant est de favoriser les séjours chez l’habitant. Que ce soit via des sites de mise en relation, des agences locales ou par du bouche à oreille, il est possible de dormir chez l’habitant partout dans le Monde. Par exemple, en Mongolie vous pouvez dormir chez des nomades et les suivre dans la steppe.

Il est aussi possible de participer à des activités organisées par des locaux comme des cours de cuisine, de danse… etc. Les revenus reviendront directement au local et financeront parfois ces mêmes cours pour des habitants. En effet, à Ouidah au Bénin, des commerçants reçoivent voyageurs et apprentis locaux dans leur maquis (restaurant).

Enfin, le voyage solidaire peut aussi avoir un but social. Il existe des organisations qui proposent d’aider à installer des infrastructures comme un puit, des écoles, ou encore l’électricité…









Pour aller plus loin, lisez notre article sur les attitudes à adopter pour devenir un voyageur responsable.

, , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *